X-Men Dark Phoenix : retour sur la création d'un échec

Par Cobain -

L'échec critique et commercial de X-Men : Dark Phoenix aurait-il pu être évité ? Des employés du studio 20th Century sont revenus de façon anonyme sur les raisons de la débâcle du dernier film de la franchise au cinéma.

Près de vingt ans après son arrivée sur grand écran, la saga X-Men a bien du mal à encore déplacer les foules... Avec seulement 33 millions de dollars de recettes lors de son premier week-end d'exploitation aux US, X-Men : Dark Phoenix a réalisé le pire démarrage de la franchise outre Atlantique, juste devant le premier opus (54 M$), et ce sans compter l'inflation qui creuserait encore plus l'écart entre les deux productions. Un échec cuisant résultant de nombreuses erreurs faites par les exécutifs de la 20th Century Fox, comme des employés du studio l'ont indiqué à The Hollywood Reporter. Retour sur les raisons d'une chute évitable.

Dans une série de réunions organisées suite à la sortie du problématique X-Men : Apocalypse (le film a rapporté 200 M$ de moins que X-Men : Days of Future Past sorti deux ans plus tôt), les administrateurs du studio en ont conclu que l'échec du film était dû à ses grandes ambitions et à une quantité excessive d'explosions, et non à la fatigue de la franchise. "Il y avait ce sentiment erroné que [Apocalypse] était une anomalie, que nous nous étions trompé", a déclaré une des sources du magazine américain. "Nous avions tort."

À lire aussi: https://www.fanactu.com/univers/marvel/11838-loki-une-premiere-image-et-un-logo-pour-la-future-serie-marvel-de-disney
X-Men Dark Phoenix : retour sur la création d'un désastre
X-Men Dark Phoenix : retour sur la création d'un désastre

"C’est un vrai casse-tête d'imaginer la façon dont vous devez à chaque fois revenir", a déclaré de son côté un dirigeant du studio, ajoutant que même les sagas James Bond ou Star Wars ont connu des hauts et des bas. Certaines franchises, comme Fast and Furious, ont réussi à se réinventer en imaginant de nouveaux concepts et une nouvelle distribution. D'autres, telles que Die Hard et Terminator, continuent de décevoir les critiques (et souvent le box office), peu importe l'acharnement des producteurs.

Concernant les X-Men, le problème est plus compliqué, la création même de Dark Phoenix pouvant être remise en cause. En s'attaquant à l'adaptation d'un arc des comics déjà exploité dans un précédent film de la franchise (X-Men : L'Affrontement Final), la Fox s'est dès le départ tiré une balle dans le pied, perdant avant même le début de sa production une partie de l'intérêt des spectateurs. L'autre erreur du studio a certainement aussi été de mettre Simon Kinberg à la tête du film, lui qui était jusqu'ici le producteur de la franchise depuis X-Men : Le Commencement, et qui n'avait jamais réalisé de long métrage avant cela. De ce fait, Dark Phoenix devient la vision d'un producteur et non d'un réalisateur.

Le réalisateur Simon Kinberg et Michael Fassbender sur le tournage de X-Men : Dark Phoenix
Le réalisateur Simon Kinberg et Michael Fassbender sur le tournage de X-Men : Dark Phoenix

Selon les sources de The Hollywood Reporter, l'échec de Dark Phoenix serait également dû à sa date de sortie. Ces derniers nous apprennent ainsi que son ultime report (prévu pour le 2 novembre 2018, le film a été repoussé au 14 février 2019 avant de finalement être annoncé pour le 3 juin 2019) s'explique par la volonté de James Cameron de décaler la sortie de Alita : Battle Angel (également produit par la Fox) de décembre 2018 à février 2019 afin de ne pas se retrouver dans les salles face à AquamanDark Phoenix s'est donc lui retrouvé repoussé au mois de juin, la période reine pour les gros blockbusters. Sauf que le film n'était pas considéré comme tel par le studio (à raison) qui avait conçu Dark Phoenix comme un anti-Apocalypse, beaucoup plus intime et psychologique. Un style de production qui attirerait moins les foules durant la période estivale.

Le succès de Avengers : Endgame au cinéma (2,7 milliards de dollars de recettes) sorti cinq semaines avant Dark Phoenix n'a certainement pas non plus joué en la faveur de ce dernier, les spectateurs ayant eu leur dose de production super-héroïque pour un moment. Pour conclure, un des employés de la Fox a confié à The Hollywood Reporter que, "si la fusion avec Disney ne s'était pas produite, le public aurait fini par exiger de la Fox de faire ce que Sony a fait avec Spider-Man et de demander l’aide des Marvel Studios." Des propos qui illustrent parfaitement le désarroi du studio face à son incapacité à redonner ses lettres de noblesses à l'une de ses franchises phares. On verra si Mickey s'en sort mieux.

Source : The Hollywood Reporter