On a vu Ready Player One

Par Cobain -

Treize ans après La Guerre des Mondes, Steven Spielberg revient cette année à la science-fiction avec Ready Player One, un film d'une ambition folle qui rend un hommage suprême à la Pop Culture, un univers que le réalisateur a lui-même si bien alimenté ces quarante dernières années.

Malgré ses 71 ans au compteur, Steven Spielberg est aujourd'hui plus productif que jamais. Alors que son nouveau film Pentagone Papers vient à peine de sortir au cinéma, le grand réalisateur américain est déjà de retour dans les salles obscures ce mois-ci avec Ready Player One, un film de S.F. adapté du roman Player One d'Ernest Cline.

Nous sommes en 2044, l'humanité s'est réfugiée dans un monde virtuel (l'OASIS) pour échapper à une réalité de plus en plus morose. Tout comme ses contemporains, Wade Watts (Tye Sheridan que l'on a pu voir en jeune Scott Summers/Cyclope dans les derniers films X-Men) s'est inventé une existence fantasmée au sein de l'OASIS où tous les rêves les plus fous sont permis. Avant sa mort, James Halliday, créateur de l'OASIS et l'un des hommes les plus riches au monde, décide de léguer toute sa fortune à celui qui réussira à trouver les trois clefs cachées dans le monde virtuel. Une quête dans laquelle Wade va se lancer à corps perdu et qui va le confronter à de nombreux dangers...

À lire aussi: http://www.fanactu.com/univers/fantastiquesf/10418-une-ultime-bande-annonce-pour-ready-player-one
Ready Player One 01
Ready Player One 01

On commence à en avoir l'habitude ces dernières années, la nostalgie est devenue une arme de production massive au cinéma et à la télévision. On ne compte plus les reboots, remakes et autres hommages appuyés aux films/séries de notre enfance, ceux qui nous en tant fait rêvé à une époque où l'imagination et l'émerveillement étaient tout ce qui comptait. L'industrie hollywoodienne a depuis longtemps sauté à pied joint dans cette brèche lucrative (mais anti-créative), jusqu'à parfois totalement bafouer les oeuvres originales restées gravées dans l'inconscient collectif de millions de spectateurs.

En découvrant les premières images de Ready Player One, on aurait pu très vite penser que le nouveau film de Spielberg allait être l'hommage de trop à cette fameuse Pop Culture désormais tellement hype et que l'on a de cesse de redigérer... Il faut dire que le roman qui a servi de base à l'écriture du film allait un peu dans ce sens, célébrant de manière très lisse et détachée notre chère culture populaire sans jamais vraiment prendre parti. Fort heureusement on le ne la fait pas à tonton Spielberg qui a su exploiter le concept en le faisant évoluer d'une bien belle manière !

À lire aussi: http://www.fanactu.com/univers/fantastiquesf/10404-un-bar-d-arcade-ephemere-ready-player-one-va-ouvrir-ses-portes-a-paris
Ready Player One 02
Ready Player One 02

Ready Player One permet ainsi au grand réalisateur de se confronter à une Pop Culture qu'il a lui-même aidé à faire émerger dans les années 70/80. Malgré ses milliers (littéralement) de références en tout genre, l'histoire du film ne se retrouve jamais noyée au milieu d'un flot pop qui aurait put très facilement prendre le dessus. On suit ainsi avec émerveillement la quête de Wade et de ses amis (pas si) virtuels qui nous invitent à assister à une course folle dans un monde sans aucune limite. Et c'est là où Spielberg éblouit puisqu'il arrive à la fois à livrer une merveilleuse lettre d'amour à la culture populaire tout en nous offrant un film techniquement éblouissant, à l'histoire certes classique mais fort bien racontée et mettant en scène une galerie de personnages fort bien écrits et tous très attachants.

Mais Ready Player One est aussi une manière pour le réalisateur de livrer un film qui se révèle très personnel. Lui, l'artiste rêveur qui n'a eu de cesse ces quarante dernière années de réinventer les codes du blockbuster (Les Dents de la Mer, E.T. l'Extraterrestre, Jurassic Park) tout en livrant entre deux des œuvres plus sérieuses et toutes aussi marquantes (La Liste de Schindler, Il Faut sauver le Soldat RyanLincoln) nous offre avec Ready Player One un véritable rêve éveillé qui repousse les limites du cinéma tout en n'oubliant pas de nous faire réfléchir sur notre société actuelle de plus en plus centrée sur le virtuel. En cela, Spielberg livre un film marquant, totalement ancré dans son époque, qui nous prouve que malgré ses 71 ans, le maître du cinéma américain a encore des choses à dire. Bravo Steven !

À lire aussi: http://www.fanactu.com/univers/fantastiquesf/10253-ready-player-one-de-nouvelles-images-eblouissantes-du-prochain-spielberg
Ready Player One 03
Ready Player One 03

VERDICT :

Avec Ready Player One, Steven Spielberg offre un des plus beaux hommages à la Pop Culture que l'on ai eu l'occasion de voir sur grand écran, mais est aussi l'occasion pour le réalisateur de faire le bilan de sa propre carrière tout en livrant un film on ne plus ancré dans son époque. Visuellement éblouissant, Ready Player One sait également se faire intelligent quand il s'agit de nous confronter à cette quête du bonheur passant de plus en plus par le virtuel dans notre société actuelle. Un nouveau classique S.F. est né !

https://www.youtube.com/watch?v=-TFecXIgx8M
Ready Player One affiche
Ready Player One affiche