On a vu La Belle et la Bête

Par Cobain -

25 ans après la sortie du film d'animation, La Belle et la Bête est de retour au cinéma ce mois-ci en chair, en os et en poils ! Mais cette version live du dessin animé culte de Disney est-elle digne d'intérêt ? Voici notre avis !

Après Alice au Pays des Merveilles, Cendrillon ou bien encore Le Livre de la Jungle, c'est donc au tour de La Belle et la Bête de se voir adapter en film live. Le seul film d'animation à avoir été nommé à l'Oscar du Meilleur film (à une époque où l'Oscar du Meilleur film d'animation n'existait pas encore) s'offre aujourd'hui un remake produit par le même studio, racontant la même histoire, mettant en scène les même personnages qui chantent les mêmes chansons. Enfin presque.

> À LIRE AUSSI : Une ultime bande annonce pour La Belle et la Bête

Maurice (Kevin Kline) et Belle (Emma Watson)

Car en effet, il aurait été très facile pour Disney de simplement nous livrer une version live se calquant plan par plan et mot pour mot sur la version animées de 1991. Au lieu de cela, le film réalisé par Bill Condon (Twilight - Chapitre 4 et 5) nous offre une sorte de version longue de l'histoire, allant même jusqu'à prendre quelques libertés par rapport au conte original écrit par Jeanne-Marie Leprince de Beaumont. Pour autant, on retrouve bien évidemment toutes les scènes du dessin animé et toutes ses chansons (plus quatre inédites) qui ont bercé l'enfance de millions de spectateurs. Difficile de ne pas les inclure dans cette nouvelle version au risque de s'attirer les foudres des fans de la première heure.

Comme pour l'adaptation live du Livre de la Jungle, certains personnages ont ici perdu leur côté loufoque/cartoon pour mieux s'adapter au format prise de vue réelle. On pense notamment à Le Fou qui se révèle bien plus sage que dans sa version animée. Incarné par Josh Gad (la voix originale de Olaf dans La Reine des Neiges), le fidèle bras droit de Gaston n'en reste pas moins intéressant puisqu'il devient (attention petit spoiler) le premier personnage ouvertement gay dans une production Disney. Une petite révolution pour le studio aux grandes oreilles qui a toujours préféré éviter ce sujet pourtant devenu très banal de nos jours.

> À LIRE AUSSI : Une nouvelle affiche et un spot TV pour La Belle et la Bête

La Bête (Dan Stevens) et Belle (Emma Watson)

Du côté de son casting, Disney a décidé de la jouer secure (normal pour un film dont le but est de ne prendre aucun risque) en s'entourant d'une ribambelle d'acteurs de haut rang. À commencer bien évidemment par Emma Watson qui incarne une Belle un poil plus moderne que dans le film d'animation original (ils ne l'ont pas non plus transformer en guerrière bien évidemment). Cette dernière est ainsi un peu plus sûre d'elle et moins fleur bleue que dans la version animée, Emma Watson apportant elle aussi de la modernité au personnage grâce à son interprétation très nuancée et beaucoup moins gnangnan que l'on aurait pu l'imaginer. Et il en va de même pour tous les autres personnages humains : Gaston (Luke Evans) se révèle moins idiot que dans le dessin animé (ce qui le rend d'autant plus menaçant), tandis que le père de Belle (Kevin Kline) a perdu de sa folie pour devenir un père aimant qui a bien du mal à se passer de sa fille. Des modifications bienvenues qui permettent au film de ne pas tomber dans le ridicule.

La différence est bien moins flagrante du côté des personnages animés bien plus fidèles au film d'animation. La Bête n'a ainsi pas de réel valeur ajoutée, son caractère étant calqué sur le film d'animation. Idem pour les objets animés qui, malgré l'interprétation d'une belle brochette d'acteurs ne rien de vraiment surprenant.

Visuellement réussi et sans réels défauts, La Belle et la Bête est sans surprise très plaisant à suivre. Mais on ne peut s'empêcher de se sentir coupable d'apprécier une oeuvre qui n'a absolument rien d'original. Disney nous ressert ainsi la même recette qu'il y a 25 ans, saupoudrée d'effets spéciaux numériques dernier cri et de quelques éléments nouveaux histoire de justifier leur démarche. Cette version live n'est donc pas un film qui marquera son époque (contrairement au film d'animation en son temps), même si la recette se révèle une nouvelle fois sacrément efficace.

> À LIRE AUSSI : Une première bande annonce enchanteresse pour La Belle et la Bête

Gaston (Luke Evans)

Verdict :

Aussi magique que la version animée de 1991, l'adaptation live de La Belle et la Bête apporte sa petite pierre à l'édifice grâce à l'ajout de nouvelles scènes et chansons. Si le casting s'en sort bien et que l'ensemble est très agréable à suivre, on se demande tout de même toujours quel est l'interêt de ces versions live de films d'animation cultes, si ce n'est de remplir facilement les caisses du studio... Car nul doute que La Belle et la Bête sera un carton en salle et encouragera Disney à continuer de produire ce genre de film. Si la démarche reste discutable, force est de constater que le produit final est une belle réussite qui nous fait replonger avec plaisir dans cette "histoire éternelle" au charme intemporel.

La Belle et la Bête sortira le 22 mars 2017 au cinéma.

La Belle et la Bête - Affiche française
https://www.youtube.com/watch?v=XVWHlXpJU8I

MORE ?