Le spin-off sur Harley Quinn sera réalisé par David Ayer + deux nouveaux films DC Comics annoncés

Par Cobain -

Le studio Warner Bros. a recruté David Ayer pour s'occuper du spin-off de Suicide Squad centré sur Harley Quinn !

Après plusieurs mois de silence radio, le spin-off de Suicide Squad centré sur Harley Quinn refait parler de lui aujourd'hui ! Selon The Hollywood Reporter, le réalisateur David Ayer (Suicide Squad) aurait été engagé par Warner Bros. afin de s'occuper du film ! Celui-ci s'intitulerait Gotham City Sirens, ce qui semble confirmer que l'on devrait y retrouver d'autres héroïnes DC Comics (Catwoman et Poison Ivy devraient être par exemple de la partie).

Une bonne nouvelle ne venant jamais seul, The Hollywood Reporter a également annoncé que Suicide Squad 2 était belle et bien en préparation (certainement réalisé par un nouveau venu) et qu'un second spin-off dédié cette fois-ci à Deadshot était également en projet. Aucune date de sortie concernant ces trois nouveaux films DC Comics n'a pour le moment été annoncée.

> À LIRE AUSSI : Le Réveil : un sympathique court métrage français dédié au Joker

David Ayer et Margot Robbie sur le tournage de Suicide Squad

De son vrai nom Harleen Frances Quinzel, Harley Quinn a été créée par Paul Dini et Bruce Timm spécialement pour la série animée Batman de 1992. Jeune médecin psychiatre, Harleen travaille à la réhabilitation des patients dans l'enceinte de l'asile d'Arkham jusqu'à sa rencontre avec le Joker dont elle tombe follement amoureuse et l'aide à s'évader à plusieurs reprises, avant d'être découverte. Sa licence de psychiatre est alors révoquée et, ironiquement, elle obtient sa propre cellule à l'asile. Après un tremblement de terre qui détruit une bonne partie de l'établissement, Harleen Quinzel s'échappe, enfilant au passaga un costume d'arlequin (d'où le jeu de mot avec son nom) pour assister son nouveau mentor à l'accomplissement de ses desseins machiavéliques.

Sa relation amoureuse avec le Joker est marquée par l'excès et l'abus. Malmenée psychologiquement et physiquement par son « biquet » ou son « canard » selon les versions, elle revient néanmoins toujours vers lui. Cette relation est aussi parsemée de longs moments de séparation, que ce soit par le va-et-vient constant entre la liberté des rues de Gotham ou la thérapie des murs d'Arkham ou par les conflits réguliers qui marquent ce couple.

The Hollywood Reporter