Postologie Star Wars : retour sur un échec intergalactique

Par Cobain -

Huit ans après le rachat de Lucasfilm par Disney, L'Ascension de Skywalker est venu conclure une toute nouvelle trilogie Star Wars que l'on attendait comme le messie et qui s'est au final révélée décevante par bien des aspects. Tentons ensemble de comprendre les raisons de cet échec intergalactique.

Mardi 30 octobre 2012, coup de théâtre à Hollywood : Disney annonce le rachat de Lucasfilm pour la coquette somme de 4 milliards de dollars. Le géant du divertissement devient ainsi grâce à une petite signature en bas d'un (très très gros) contrat l'heureux propriétaire de tout le catalogue de films et de franchises de la société de George Lucas, dont celui de la plus grande saga de l'histoire du cinéma, j'ai nommé Star Wars. Ni une ni deux, le studio aux grandes oreilles annonce dans la foulée la mise en chantier d'une toute nouvelle trilogie qui fera suite au Retour du Jedi et dont le premier épisode est dores et déjà prévu pour la fin de l'année 2015.

À cet instant précis, les fans de la saga sont aux anges, même si quelques voix s'élèvent déjà au sein de la communauté, certains craignant que Mickey ne dénature totalement leur œuvre SF favorite. Une crainte qui sera alimentée en avril 2014 par l'annulation pure et simple de l'univers étendu. Disney décida en effet de mettre à la poubelle les centaines de romans, comics et jeux vidéo qui n'ont eu de cesse de développer la galaxie Star Wars 35 ans durant, et ce pour "assurer une plus grande liberté de création et préserver l'élément de surprise et de découverte pour le public", comme l'indiquait à l'époque le communiqué officiel du studio. Une décision regrettable (l'ancien univers étendu était rempli de pépites qui ne demandaient qu'à être exploitées) mais fort utile puisqu'elle permit à Lucasfilm de repartir sur une base vierge. Un nouveau départ pour la franchise qui résonne malheureusement aujourd'hui comme un acte manqué.

À lire aussi: https://www.fanactu.com/univers/cinema/12433-le-prochain-film-star-wars-se-deroulerait-400-ans-avant-la-saga-skywalker

Le réveil du remake

https://www.dailymotion.com/embed/video/x7pf1mt

Après trois ans d'attente interminables sort enfin au cinéma en décembre 2015 Le Réveil de la Force, le septième épisode de la saga réalisé par JJ Abrams. Sans surprise, le film est un immense succès dans les salles en rapportant 2 milliards de dollars (soit déjà la moitié du prix de Lucasfilm en 2012), devenant alors le troisième plus gros succès de l'histoire du cinéma juste derrière Avatar et Titanic. Un triomphe commercial inédniable, mais qu'en est-il réellement de la qualité du film ?

Sans être mauvais (bien au contraire), l'épisode VII souffre d'un syndrome de plus en plus courant à Hollywood connu sous le nom de suite/remake. Apeuré à l'idée d'avoir investi 4 milliards de dollars dans le vent, Disney a décidé de prendre zéro risque avec ce premier film en calquant tout bonnement l'histoire du Réveil de la Force sur celle d'Un Nouvel Espoir. On ne va pas énumérer toutes les similitudes entre les deux longs métrages (le Youtuber Couch T. s'en est déjà très bien occupé dans cette vidéo) mais sachez qu'elles sont nombreuses. Très nombreuses. À tel point que l'on en vient à se demander à quoi sert réellement ce nouveau film, si ce n'est réveiller le porte f... La fibre nostalgique du public, appâté par le retour de leurs héros favoris. Enfin de ce qu'il en reste.

À lire aussi: https://www.fanactu.com/fancorner/creation-de-fan/12431-star-wars-un-fan-redore-le-blason-des-stormtroopers-avec-un-court-metrage-de-toute-beaute

Les derniers héros déchus

https://www.dailymotion.com/embed/video/x7pf265

En plus de nous resservir une histoire que l'on connaît déjà (aussi géniale soit-elle on s'attendait quand-même à autre chose), Lucasfilm déçoit aussi concernant le développement des personnages iconiques de la saga. Le studio s'échine ainsi à nous proposer toute une galerie de nouveaux héros (Rey, Finn, Poe) que personne ne voulait vraiment voir, tout en étant plus que maladroit concernant le destin des anciens. Une impression déjà présente dans Le Réveil de la Force et qui ne fait que s'accentuer dans Les Derniers Jedi.

Après JJ Abrams, c'est désormais au tour de Rian Johnson de prendre les rênes de ce huitième épisode. Si le premier tenta de caresser le wookie dans le sens du poil, le second a quant lui décidé de donner un bon coup pied dans la fourmilière afin de nous offrir quelque chose d'un peu plus surprenant. Résultat : Luke Skywalker étonne en vieillard grincheux réfugié sur son île (il ne respecte même plus son sabre laser le bougre) et Leia se la joue Superman dans l'espace, sans parler de C-3PO et R2D2 qui ne font encore que de la figuration. Lucasfilm nous fait de ce fait bien comprendre que l'état de grâce des icônes de la saga est bel et bien derrière nous et qu'ils sont désormais juste là pour assister la nouvelle génération de héros. Mais est-ce vraiment ça que le public voulait voir ?

À lire aussi: https://www.fanactu.com/univers/serie-tv/12430-star-wars-rebels-une-suite-de-la-serie-animee-serait-en-preparation

L'Ascension de l'incohérence

https://www.dailymotion.com/embed/video/x7pf2o1

Loin de régler les problèmes précédemment cités, L'Ascension de Skywalker ne fait qu'en ajouter d'autres. À nouveau réalisé par JJ Abrams (Colin Trevorrow ayant été remercié pour différend artistique, selon les termes de Lucasfilm), la conclusion de cette nouvelle trilogie brille par son envie d'effacer les écarts de conduite de Rian Johnson sur l'épisode précédent. Ainsi, au lieu de tenter de sauvegarder un minimum de cohérence entre les films, Abrams préfère fermer les yeux concernant les nouveautés apportées par son prédécesseur et repartir là où il s'était arrêté à la fin de l'épisode VII. En résulte une incohérence totale entre les trois films et une preuve supplémentaire de l'incapacité de Disney à nous offrir une histoire solide (à défaut d'être originale) en trois actes bien définis. Alors certes le décès de Carrie Fisher a dû quelque peu perturber les plans du studio concernant ce dernier film, mais on ne peut quand-même s'empêcher de penser qu'ils n'ont jamais vraiment su où ils allaient... Cela ne pouvait donc que se terminer dans un mur.

Beaucoup d'autres choses ne vont malheureusement pas dans cette postologie Star Wars : le manque d'imagination visuelle (planète désert, planète forêt, encore planète désert), l'absence d'explications claires concernant le retour surprise de Palpatine (et donc l'inutilité de Snoke), ou bien encore le manque d'intérêt de nombreux personnages (Rose, le droide D-O). Au final, on retiendra qu'à force de prudence, Disney a fini par se tirer une coup de laser dans le pied... On ne peut donc qu'être soulagé qu'ils en aient terminé avec la saga Skywalker, ce qui va enfin leur permettre de se concentrer à 100% sur des projets plus originaux. Et il y a finalement de quoi être optimiste pour le moment quand on voit ce que cela a donné avec Rogue One : A Star Wars Story et The Mandalorian. L'avenir nous dira si on avait raison d'espérer ou non.