Retrouvez-nous sur Facebook, Twitter, Google+ et Pinterest
Cliquez-ici pour lancer la recherche
Aimez-nous :
Retrouvez-nous :
  • Retrouvez-nous sur Facebook
  • Retrouvez-nous sur Twitter
  • Retrouvez-nous sur Google+
  • Retrouvez-nous sur Pinterest
  • Suivez notre flux RSS
Cliquez-ici pour lancer la recherche
Couverture de l'article On a vu Blade Runner 2049
Cinéma

On a vu Blade Runner 2049

Par Cobain le 03/10/17 à 14:16

35 ans après le chef-d'oeuvre de Ridley Scott, Denis Villeneuve nous entraîne à son tour dans un Los Angeles sombre et futuriste avec Blade Runner 2049, une suite surfant sur le mythe tout en développant un univers aussi fascinant que mélancolique.

1982, Blade Runner débarque au cinéma. Véritable révolution du genre S.F., le film de Ridley Scott porté par Harrison Ford va rapidement devenir une référence pour tous les passionnés de cinéma et influencera par la même occasion une toute nouvelle génération de réalisateurs en devenir. Parmi eux on retrouve le talentueux Denis Villeneuve qui a fait une entrée tonitruante dans le cinéma S.F. en 2016 avec Premier Contact. C'est à lui que le studio Warner Bros. a décidé de confier Blade Runner 2049, lui le fan absolu du premier opus. Un défi de taille pour le réalisateur canadien virtuose du thriller (PrisonerEnemy, Sicario), d'autant plus quand 35 ans ont passé depuis la sortie du film original...

> À LIRE AUSSI : Blade Runner 2049 : un second court métrage se déroulant un an avant les événements du film

Blade Runner 2049 - Image 01

Et pourtant, avec Blade Runner 2049 Denis Villeneuve nous prouve que oui, il est possible de faire une suite (très) réussie à un film culte, même plusieurs décennies après sa sortie ! Reprenant 30 ans après la fin de Blade Runner, le film nous entraîne de nouveau dans cet univers futuriste fascinant, presque mystique qui avait fait le succès du premier opus. On y retrouve un Rick Deckard vieillissant toujours parfaitement interprété par Harrison Ford, mais surtout l'agent K, Blade Runner d'exception joué par Ryan Gosling (véritable personnage principal de cette suite) totalement obsédé par Deckard. Fidèle à lui-même, l'acteur canadien livre une prestation tout en subtilité (certains diront trop monolithique) qui cille pour le coup parfaitement à son personnage. Un peu ennuyeux au début du film, K va finalement faire des découvertes qui vont chambouler ses propres convictions et le rendre forcément bien plus intéressant.

Prenant son temps à l'extrême (le film dure 2h43), Blade Runner 2049 va à contre courant de la majorité des blockbusters actuels. Et c'est tant mieux ! Denis Villeneuve a ainsi su retranscrire et moderniser l'ambiance si particulière du premier film sans céder au rythme frénétique des productions à gros budget actuelles. Le rythme du film est lent, laissant le temps aux spectateurs de s'immerger totalement dans son univers. En contre partie, l'histoire de Blade Runner 2049 est au final assez simple et cousu de fil blanc, mais qu'importe car le film nous captive par d'autres aspects, et notamment grâce à la mise en avant de différentes réflections sur la place du virtuel sur notre vie ou bien l'importance du passé. De quoi donner au blockbuster S.F. de Villeneuve une profondeur manquant désespérément à beaucoup de films hollywoodiens du XXIème siècle.

> À LIRE AUSSI : Un premier extrait pour Blade Runner 2049

Blade Runner 2049 - Image 02

Visuellement, Blade Runner 2049 est un régal du bout en bout. On retrouve avec un plaisir indéniable l'univers sombre du premier film sublimé par une direction artistique d'une beauté fascinante, faisant de chaque plan un véritable tableau aux teintes grises, bleutées ou orangées selon les environnements parcourus. Le Los Angeles de 2049 se révèle quant à lui tout aussi froid (mais toujours sublime) et certainement encore plus déshumanisé que celui de 2019. La caméra de Denis Villeneuve prend largement le temps de s'envoler au dessus de la ville géante, nous donnant comme dans Blade Runner l'occasion de nous immerger totalement dans cet univers dystopique gargantuesque et totalement fascinant. Le réalisateur nous offre par ailleurs plusieurs scènes d'une inventivité visuelle rare (notamment une scène de sexe pour le moins originale), prouvant qu'il n'est pas juste là pour rendre hommage au travail de Ridley Scott, mais aussi pour développer et réimaginer cet univers vieux 35 ans.

Comme dans le premier opus, la musique joue également un grand rôle dans Blade Runner 2049. Benjamin Wallfisch, compositeur habitué des films d'horreur (Ça, Annabelle 2 : La Création du Mal, Dans le Noir) livre une partition fidèle à l'univers sonore du film original où le synthétiseur est roi. Hans Zimmer apporte quant à lui sa patte minimaliste mais intense qui avait déjà fait des merveilles sur Inception ou Interstellar. Bref, en plus d'en prendre plein les yeux, on en prend aussi plein les oreilles et on adore ça !

> À LIRE AUSSI : Blade Runner 2049 : un court métrage pour faire le lien avec le film original

Blade Runner 2049 - Image 03

VERDICT :

Hypnotisant, intense et d'une beauté sans nom, Blade Runner 2049 est certainement le blockbuster le plus intelligent et le plus réussi de l'année. Reprenant habilement les codes du premier opus, le film de Denis Villeneuve n'en oublie pas pour autant pas d'apporter sa pierre à l'édifice en nous questionnant notamment sur la place du virtuel dans notre vie et sur l'importance du passé pour construire notre avenir. Une nouvelle référence du cinéma S.F. moderne et une suite qui, si elle ne surpasse pas le film original, lui rend hommage de la plus belle des manières !

Blade Runner 2049 - Affiche française

Fanactu : le top du mois

Thor Ragnarok : un reportage dévoile de nouvelles images du tournage